Sorcières, féminisme, vieillissement et médecine – Mona Chollet

Depuis le temps que je vois ce livre un peu sur tout les instagram littéraires que je suis, je me le suis procuré. Bon j’avoue, je me suis trompée, à la base je voulais beauté fatale (que j’ai reçu aujourd’hui d’ailleurs), et aussi je ne savais pas non plus que c’était un essai ! Oui je suis un mouton, qui achète parce que ça lui plaît bien et que les avis l’intriguent, mais c’est comme ça qu’on fait de grandes découvertes ! D’ailleurs, je pensais, à tort, qu’un essai c’était vraiment pénible à lire, mais pas du tout ! Ou alors c’est juste un coup de chance…

BREF

A travers la sorcière, m’est venue l’idée qu’être une femme pouvait signifier un pouvoir supplémentaire, alors que jusque-là une impression diffuse me suggérait que c’était plutôt le contraire.

C’est un peu le fil conducteur de cet essai. On commence par la sorcière à l’époque des buchets, de Salem, de la chasse aux sorcières, puis on enchaîne sur la position de la femme dans sa vie de couple, au travail, ensuite de la question de la maternité, de la médecine, du vieillissement, de la parité, tout se résume à des idées bien veilles qui conditionnent la femme à un seul et unique rôle. Pas de surprises, aujourd’hui, en tant que femmes « modernes » nous sommes toutes des sorcières. Parce qu’on ne se laisse pas faire, parce qu’on privilégie parfois notre carrière à nos enfants, ou à notre foyer, parce qu’on essaie de trouver des alternatives à la médecine traditionnelles (entendez par là les plantes, les pierres, l’esprit), parce qu’on s’instruit nous même, parce qu’on parle fort, et encore la liste est longue.

Parmi les accusées de sorcellerie, on relève une surreprésentation des célibataires et des veuves, c’est à dire, de toutes celles qui n’étaient pas subordonnées à un homme.

Je ne me considère pas féministe extrême, du moins pas plus que n’importe qui. Tout le monde est un peu féministe, difficile de dire « non désolé, je ne vois pas pourquoi les femmes seraient payées au même titre que les hommes » ou encore « quoi ? une femme porte plainte contre son mari qui a voulu la tuer? inadmissible ». Ca paraît dingue ce genre de propos, et pourtant ça existe quand même, et à l’époque c’était courant. Aujourd’hui en effet, ça ne se dit pas. La misogynie prend d’autres formes, plus subtiles. La médecine est l’un des plus grands exemples, pas beaucoup de femmes médecins, mais beaucoup d’infirmières qui à la base (donc à la création de ce poste) étaient là pour assister le docteur. Mais à la fin de ma lecture, malgré que parfois je trouvais les comparaisons un peu extrêmes, je suis sortie révoltée. Révoltée, qu’on demande au femme d’accoucher sur le dos simplement parce qu’à l’époque c’était plus pratique pour que l’homme regarde ce qu’il se passe, alors que la position naturelle se sert de la gravité. Révoltée que jusqu’à pas longtemps encore, les étudiants s’entraînaient à faire des touchers vaginaux sur des femmes anesthésiées. Révoltée, que la femme soit soumise à l’image d’être idiote, pas trop intelligentes, sous peine de faire peur aux hommes. Et j’en passe.

On finit par intégrer ce regard sur soi, cette évidence de sa propre inanité, de sa propre incompétence.

J’ai appris grâce à ce livre, à casser les barrières que j’avais moi aussi au fond de moi. Les stéréotypes dont je ne me rendais même pas compte tellement qu’ils étaient ancrés. Que ça concerne l’accouchement, la maternité, l’éducation mais surtout la vieillesse. Parce que je ne m’imaginais même pas la souffrance que pouvait ressentir une femme ménopausée ou qui ne l’est pas mais qui à l’âge de l’être. La souffrance que la société impose aujourd’hui et nous imposera demain. Une femme qui se sent encore vivre à 60 ans, divorcée, et des enfants adultes, et qui va être en relation avec un plus jeune va se faire lyncher. Mais un homme, du même âge, même situation va passer inaperçu. C’est pas nouveau, même chez les plus jeunes c’est le cas, la différence de droits dans la vie sexuelles des hommes et des femmes. Mais pourquoi ? Parce que la femme mature est considérée comme dangereuse, car elle a de l’expérience, du savoir des autres et de soi. On reviens à l’image de sorcière, une vieille femme, grisonnantes, « malade d’un désir démoniaque ». Et pourtant, tout faux.

Les hommes ne vieillissent pas mieux que les femmes, ils ont seulement l’autorisation de vieillir.

Elle est longue cette chronique pas vrai ? Aller je conclus, je me suis un peu laissée emportée, mais cette oeuvre est tellement puissante et devrais être lue de tous et de toutes. Mona Chollet nous invite à decrypter les restes de la mentalité d’antan. Qui sont présents dans notre société, sous nos yeux, sans qu’on s’en aperçoivent. J’ai adorer, je m’accorde une pause avant de m’immerger dans Beauté Fatale, sont premier ouvrage, parce que ce sont des essais qui nécessitent tout de même de la concentration et du temps pour bien comprendre et saisir l’importance de chaque sujets traités. Mais en attendant de te procurer ce livre, même si tu le veux pas d’ailleurs. Sois toi, parle lorsque tu en as envie, apprends chaque jour, rigole à pleine bouche, ne te dis pas que plus tard tu pourras être la femme que tu veux être. Ca commence maintenant. Ta vie, c’est maintenant, sorcière ou pas, avec des chats ou un lézard, on a toutes un peu de Salem en nous.

La sorcière incarne la femme affranchie de toutes les dominations, de toutes les limitations, elle est un idéal vers lequel tendre, elle montre la voie.


Pour aller plus loin

Débat autour de l’ouvrage avec Mona Chollet ICI
Son blog LA
Se procurer son livre Beauté Fatale, Sorcières ou Chez soi (mais s’il te plaît fais le après le confinement, penses au livreurs, mon chéri est livreur et j’aime bien quand il est près de moi) (Si t’as une Kindle c’est top, ca coûte moins cher, moins de papiers, et tu sauve un livreur, un préparateur de commande, et surement plein d’autre métiers)

Un commentaire sur “Sorcières, féminisme, vieillissement et médecine – Mona Chollet

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s